Ici, on parle du web, du mobile et en plus on essaie d'approfondir… un peu !

Interview de Rémi Gambier, Community Manager chez Atchik-Services

Interview de Rémi Gambier, Community Manager chez Atchik-Services

Nous avons le plaisir de vous présenter aujourd’hui Rémi Gambier, Community Manager chez Atchik-Services, agence spécialisée dans les services aux entreprises et aux marques pour les aider à gérer leur présence et développer leur audience sur les nouveaux médias.


Peux-tu te présenter à nous et nous parler de ton parcours professionnel ?

Rémi Gambier, je suis community manager et Chargé de veilleView definition in a new window pour la société Atchik-Services à Toulouse. Après une licence de sociologie et un master en science-politique (ainsi qu’un tas de petits boulots), j’ai intégré cette société en 2007 en tant que modérateur. Cela m’a permis notamment de développer une véritable vision des communautés et mon « nez » pour les différentes tendances du Web. Aujourd’hui je partage mon temps entre la gestion des stratégies sociales d’ONG et la veille d’e-réputation pour de grandes institutions publiques. J’exerce cette double casquette depuis maintenant 2 ans.

Quels usages as-tu des médias sociaux ?

Paradoxalement, j’ai un usage assez modéré des médias sociaux sur un plan personnel. Je tweete un peu et j’ai un compte privé sur Facebook, mais je ne suis pas accroc. C’est en fait surtout pour ma veille  et celle de mes clients que je passe une grande partie de mon temps sur ce type de média. On va dire que le personnal branding n’est pas trop mon truc, les clients pour lesquels je travaille me forcent à rester assez discret. Et puis pour être honnête, mon métier est très chronophage, je n’ai pas toujours le temps de surfer pour le plaisir.

Le Community Management, pour toi, qu’est-ce que ça représente ?

Pour moi c’est on ne peut plus simple. Cela consiste à représenter une marque, une organisation ou une personnalité sur le Web. Le Community manager doit être la personne qui va donner un visage humain au no man’s land qui peut parfois exister entre par exemple une marque et le consommateur. C’est un caméléon capable d’endosser plusieurs casquettes. Ceci dit, je pense qu’à l’avenir, ce métier sera fondu dans d’autres fonctions au sein des entreprises. Pour l’instant ces dernières ont besoin de CM de par leur méconnaissance du Web 2.0 mais les lignes vont bouger à l’avenir.

Quel est le planning de ta journée type et quels outils utilises-tu pour ton travail ?

Je n’ai pas vraiment de journée type, mais je dirais que l’outil que j’utilise le plus reste le bon vieux lecteur de flux RSS « RSS Owl ». Ça c’est vraiment mon premier geste de la journée, j’ouvre mon lecteur et je fais un peu de veille pour vérifier quels sont les sujets importants du jour. Ensuite je gère mes comptes Twitter avec Tweet Deck et les mouvements sur mes pages Facebook grâce à Hyper Alert. L’autre partie de mon travail n’est absolument pas prévisible. En tant que Chargé de veille, ma journée peut varier de « La vie est long fleuve tranquille » à « Apocalypse now »J. Je suis dépendant de l’actualité avant tout.

Un défaut à proscrire chez le Community Manager ?

Le pire défaut du Community manager, c’est d’être trop « connecté ». A force de ne jamais lâcher les médias sociaux, on finit souvent par penser que la vie se résume à ça. Mais la « vraie » vie apporte plein de choses aussi ! Le meilleur moyen d’être créatif et inspiré reste de lever un peu la tête de l’écran ;). Et puis on ne parle pas qu’aux internautes qui maitrisent parfaitement le Web, c’est important d’avoir un peu de recul pour se mettre à la place de ceux qui découvrent encore certains aspects des réseaux sociaux ou autres.

Une qualité clé chez le Community Manager ?

Etre à l’écoute des internautes. Alors oui je sais, c’est toujours très démagogique de sortir cette qualité, mais sans un peu d’écoute, on ne peut pas parler de community management. La marque qui décide de s’imposer sans tenir compte de l’avis des internautes fait simplement sa publicité, en aucun cas celle-ci ne se trouve dans une logique d’échange. C’est un choix, on peut décider de mettre la gomme sur la dimension webmarketing d’un projet… J’aurais tendance à plaider pour un community manager et une marque qui tiennent vraiment compte de leur public, c’est le seul moyen de vraiment fidéliser les internautes.

Comment fais-tu pour trouver du contenu à partager ?

Avec une bonne veille, on trouve tout ce que l’on veut. J’ai commencé par utiliser des requêtes sur Google et Twitter afin d’obtenir le maximum d’information, puis j’ai « tamisé » au fur et à mesure pour ne garder que les sources les plus pertinentes. En fait le plus difficile ici, c’est de trouver le temps d’absorber toutes ces informations, le Web regorge de personnes talentueuses qu’il est toujours bon de lire et d’écouter.

Est-ce que tu pourrais nous donner quelques astuces pour gérer une communauté sur Facebook ?

Je dirais qu’avant tout on ANIME des espaces sociaux. Une communauté d’internautes est bien assez intelligente et sensée pour s’autogérer, il serait un peu prétentieux de penser que l’on GERE une communauté.

Mon premier conseil serait : N’improvisez pas. L’animation doit faire partie d’une stratégie globale bien ficelée. En procédant au jour le jour, les internautes seront à terme perdus et les résultats en matière de feedbacks risquent d’être très variables, voire mauvais.

Mon second conseil serait : soyez disponible. Les internautes viennent chercher un échange en temps réel, attendre 24h pour leur répondre passera vite pour de la désinvolture. Il ne faut jamais oublier qu’en participant aux échanges, les internautes prennent de leur temps et s’intéressent à votre contenu, la moindre des choses et de leur rendre la pareille ;)

Mon troisième et dernier conseil (après ça devient payant^^) : soyez original. De plus en plus de marques, d’entreprises, d’organisations ont investi le Web social, il s’agit de se démarquer. N’hésitez pas à regarder ce qui marche dans les autres pays, à discuter avec des personnes ayant des points de vue différents, de vous nourrir de la diversité des goûts de chacun. Si vous compilez à ça une parfaite connaissances des attentes de votre public, alors c’est le meilleur moyen de réussir. (Parfois, il suffit juste de demander à votre communauté ce qui leur ferait plaisir. Et oui, c’est tout bête).

Penses-tu qu’il soit nécessaire pour une entreprise d’être présente sur les médias sociaux ?

Tout dépend de l’objectif de l’entreprise. Mais il est clair que les médias sociaux ne sont pas essentiels pour développer sa présence sur Internet. Parfois, un bon site institutionnel bien référencé dans Google est largement suffisant. Il faut aussi que l’entreprise soit en mesure de se donner les moyens d’une présence sur les réseaux sociaux. On voit trop souvent des pages Facebook, des comptes Twitter, des comptes LinkedIn s’ouvrir alors que personne n’anime derrière. Dans ce cas mieux vaut s’abstenir, il n’y a rien de pire que des espaces sociaux désertés pour son image.

 

Kevin PoudoulecKevin Poudoulec

Kevin Poudoulec - Fondateur

Freelance dans la création de sites web, je me suis passionné par les médias sociaux et le Community Management. Apple addict, j'ai créé Web Social afin de partager mes connaissances dans ces domaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>